« Les sables sans fin de l’absence » Grégoire Mayor et Stéphane Goël